Les feuilles mortes

20 octobre 2016

 

 

Puis-je vous suggérer une activité d’écriture « automnale » ?

 

Utilisez la terre comme support pour écrire et les feuilles comme encre : écrivez sur le sol en traçant des lettres (ou des dessins) en vous servant des feuilles mortes.

 

Utilisez un râteau comme stylo, déplacez les feuilles de manière à former des lettres ou des motifs (abstraits ou concrets) pour saturer de signes notre cour intérieure.

 

Invitez vos amis à se joindre à vous. Faites des œuvres monumentales ou minuscules.

 

En ajoutant du sens au terrain, on y ajoute de la valeur, on y augmente le poids de l’âme collective.

 

N’oubliez pas de prendre une photo une fois votre oeuvre terminée, publiez-la sur Twitter avec le mot-clic #FeuillesMortes ou apportez-la en classe pour exposition.

 

Le plaisir est dans les feuilles, maluron maluré…

Vite ! Car bientôt les feuilles vont disparaître dans le recyclage du compost.
 

Merci Jean-Yves pour ce beau défi!

Lié à: le plateau de Beauregard.

Protégé : Eau sans o pour des héros

4 novembre 2015

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Lié à: le col des contrebandiers.

Ne me twitte pas ou comment rompre en peu de mots

30 octobre 2015

Dans le cadre d’un concours intitulé « Ne me twitte pas », lancé par le blogue Zone d’écriture de Radio-Canada en février 2012, on proposait de rédiger un tweet de rupture, sur le thème «Comment rompre en 140 caractères» (ou plutôt en 125 caractères ou moins, pour être plus précise).

Par hasard, récemment, je suis tombée sur le fil de ma participation à ce concours. J’avais oublié ces écrits et c’est avec plaisir que je les ai retrouvés. Je les publie ici pour ne pas les laisser tomber dans les oubliettes du net une autre fois et pour aider les personnes en mal d’inspiration qui auraient besoin de mots pour mettre fin à une histoire d’amour.

 

J’étais ton amie, ton amante, ta souris, ta cocotte, ta chérie, mais si peu ton amour et finalement… tellement rien.

Non. Je ne serai pas seule. Je choisis simplement avec qui je le serai : moi! Et ça devrait être plutôt mieux qu’avec toi.

Hier, tu m’offrais des bijoux. Aujourd’hui, tu me cherches des poux. Demain, tu m’abandonneras comme tes anciens joujoux.

Pastichant Réjean Ducharme : L’amour, ce n’est pas quelque chose. C’est quelque part. Et, c’est ailleurs. Et, pas avec toi.

Quelque chose m’échappe, mais je ne sais pas quoi… Ah, oui! Toi!

J’ai poussé la porte de la chambre. Leurs yeux, aveuglés par la lumière. Stupeur. Moment d’effarement. Putain, je suis cocue!

Notre lit. Une autre, là. Nue. Et toi aussi… Scénario pourri : vos soupirs, répliques assassines. Hurler? Non! Partir.

Amour à une voyelle et une consonne près, c’est armure. Comme quoi, j’aurais dû blinder mon coeur quand je t’ai rencontré.

Environnement Canada a mis ma tête à prix : j’ai sacrifié trop d’érables à y graver nos intiales enlacées.

Remambrance, ma mie : le philtre d’amour nous lie comme le chèvrefeuille au coudrier. Ni vous sans moi, ni moi sans vous…

Vengeance littéraire : «Petite vérole, a conclu le médecin. Du courage, Rodolphe. C’est cruel, mais ce n’est pas ma faute.» 

Phéromones! Avoir su que l’amour était une question de chimie, j’aurais écouté le prof de sciences au secondaire.

Il est 22h. J’arrête mes gazouillis de rupture. Je me suis bien amusée merci @zonedecriture et à tous les participants.

 

 

 

 

Storify de ma participation au concours

Lié à: le col des contrebandiers.

Tags: , ,

J’ai un rêve

9 mai 2015
« C’est par les rêves que l’humanité forme malgré tout un bloc, une unité, et qui se comprend. »
Henri Michaux

 

Le rêve contient en lui tous les paradoxes, l’infini impalpable et gorgé de désir qui nous permet d’atteindre toutes les libertés sans limites. Là, temps, corps, espace se définissent dans un autre rapport que celui que nous connaissons dans la réalité. Mais les songes sont volatiles, ils se dispersent une fois le dormeur éveillé. La littérature, quant à elle, explore la carte des possibles, conjure cette volatilité en s’emparant des rêves et les fixe, les ancre solidement dans les caractères du texte. Peu importe comment elle les transforme, elle leur donne le pouvoir d’exister en tissant des correspondances entre les deux mondes.

Comme l’écrivait mon amie, Monique Le Pailleur sur son blogue Eclectico, «vous savez sans doute que l’OuLiPo se situe au carrefour de la littérature et des mathématiques, et que ce groupe de recherche propose d’appliquer des règles précises pour générer de nouveaux textes ou intervenir dans les textes déjà existants afin d’en activer les potentialités latentes.» Elle soulignait aussi l’idée que l’«on croit souvent à tort que la littérature repose sur la prétendue inspiration, alors qu’il s’agit fréquemment d’un jeu d’orchestration des possibles qui surgissent parfois de curieuse manière.» C’est dans la même optique que je vous propose un nouveau jeu twittéraire pour explorer une nouvelle manière d’écrire : jouons avec les rêves qui dorment en nous.

Pour participer à ce jeu littéraire, il faut donc :

1. Rêver
2. Écrire ce rêve sur une feuille de papier.
Par exemple : le Canadien gagne la cinquième partie des séries* :-)
3. Prendre les lettres utilisées dans la phrase en question, soit pour cet exemple : les voyelles AEIU et les consonnes CDGLMNPQRST ou toutes les lettres si vous le désirez en les répétant autant de fois que dans la phrase. Moins il y aura de lettres, plus le défi sera difficile.
4. Copier la phrase dans un anagrammeur ou encore les lettres dans un outil de Scrabble ou encore Antidote. Il existe beaucoup d’outils en ligne pour soutenir votre inspiration. J’aime bien l’anagrammeur expert car il permet d’écrire une phrase au complet
5. Sélectionner des mots dans la liste produite par les outils
6. Écrire une phrase avec ces mots
7. Publier sur Twitter avec la balise #JaiUnReve

 

Dans ce défi d’écriture, contrairement aux autres productions twittériennes d’inspiration oulipienne, il ne s’agira pas d’écrire une histoire en chaîne nécessitant la prise en compte des tweets précédents puisque chaque tweet est lié à un rêve personnel. Il n’est pas non plus nécessaire de produire un twoosh (tweet parfait de 140 caractères pile-poil).

Je vous invite donc à écrire au gré de vos rêves en espérant que vous y trouverez une occasion de vous dégourdir l’imagination et de vous amuser à recréer vos rêves dans d’autres mots.

* En cette soirée spéciale où j’espère vraiment une victoire du CH, on pourrait s’amuser à écrire d’autres tweets à partir des lettres de cette phrase.

Crédits Illustration :

Danièle Jauvat – 19 – Rêve de lune

  • Technique : Aquarelle
  • Dimensions : 100 x 100 cm

Lié à: le col des contrebandiers.

En attendant que la neige fonde…

6 avril 2015

Je ne sais pas pour vous, mais la dernière offensive de l’hiver en fin de semaine (je croise les doigts pour ce soit la dernière) m’a littéralement achevée. Okay, c’est plus beau une couverture d’un blanc immaculé que la sloche et les bancs de neige grisâtres… Cependant,  un 6 avril après plus de six mois de neige et de frette, j’ai le droit d’espérer un autre refrain que celui de Soir d’hiver sans avoir à imaginer toutes sortes de variations sur le sujet comme André Sauvé pour oublier  le spasme de vivre du plus long hiver que j’ai connu depuis mon installation au Québec.


Andre Sauve – La Poesie par justepourriremontreal

Dimanche soir, peut-être à cause du beau soleil et d’une trop grande exposition au magnésium, chasse aux cocos oblige, j’ai cru que  le congé de Pâques avait sonné le glas de cet hiver interminable et qu’avril serait radieux, chaud et la neige, histoire du passé. Voulant confirmer mon intuition qui ne me trompe jamais, je suis allée naviguer sur le site de Météo Média pour connaître les prévisions du mois à venir. Ô rage! Ô désespoir! Ô hiver ennemi!

«Après trois mois consécutifs sous les normales de saison, avril 2015 ne semble pas vouloir renverser la tendance. Mis à part une brève intrusion de chaleur à mi-parcours, le mois d’avril s’annonce frais. Seuls les audacieux pourront profiter des terrasses à cette période cette année. Les températures resteront sous les normales saisonnières en premier lieu. Une poussée de douceur pourrait se frayer un chemin à la mi-avril, avant de céder de nouveau sa place à du temps frais. Selon Réjean Ouimet, météorologue et présentateur à MétéoMédia, la douceur prolongée aura du mal à s’installer, d’autant plus que le Québec accuse environ deux semaines de retard au point de vue météo sur la moyenne. Les perturbations pourraient ainsi se manifester davantage sous forme de neige et habituellement en avril sur l’ensemble de la Province, il tombe entre 10 et 40 cm de neige.»

À la lecture de ces mots, mon moral accusa le coup! C’en était trop! Je décidai que, pour aider le printemps et l’apparition de la verdure, il fallait créer un élan collectif qui ne manquerait pas de réchauffer l’air et de faire fondre cette neige plus rapidement que les météorologues ne le prévoyaient.

Voici donc le défi auquel je vous convie : conjuguons nos efforts et créons collectivement une ode au printemps sur Twitter pour faire un pied de nez à la froidure et faire mentir les prévisions météos. J’ai choisi 28 photos* en ayant en tête ce début de phrase : en attendant que la neige fonde… et en espérant que le chiffre du plus petit mois de l’année, celui du mois de la Twittérature, sera de bon augure. Il vous suffit de choisir une de ces photos et d’écrire un tweet qui, tout en rendant compte de ce que l’image vous inspire, complètera la phrase «en attendant que la neige fonde…». Il n’est pas nécessaire de citer ce début de phrase dans votre tweet. Par contre, il faudra y intégrer la balise #eaqlnf (réduction acronymique de #EnAttendantQueLaNeigeFonde) pour me permettre de récupérer facilement tous les tweets du défi. Il faudra également ajouter le # de la photo que vous choisissez de commenter. Il est inscrit à côté de la photo.

 

Au plaisir de vous lire et que fonde la neige!

 

* Pas besoin d’une psychanalyse en règle pour expliquer le choix des 28 photos : hasard et coup de coeur sont les seules justifications. :-)

 

Lié à: le plateau de Beauregard.

Tags: , ,

Hommage au trait

14 août 2014

La tzigane

La tzigane savait d’avance
Nos deux vies barrées par les nuits
Nous lui dîmes adieu et puis
De ce puits sortit l’Espérance

L’amour lourd comme un ours privé
Dansa debout quand nous voulûmes
Et l’oiseau bleu perdit ses plumes
Et les mendiants leurs Avé

On sait très bien que l’on se damne
Mais l’espoir d’aimer en chemin
Nous fait penser main dans la main
À ce qu’a prédit la tzigane

Guillaume Apollinaire (1880 – 1918)

 

 

 

C’est un tout petit mot, 5 lettres, encadré par deux T. Comme pour fixer les limites, comme pour dire qu’au-delà des barres verticales des deux T, c’est terminé, qu’on passe à une autre ligne pour dessiner une autre figure. C’est un tout petit mot que le mot TRAIT, et pourtant…

… à l’étendue de mon bras, ma paume ouverte trouve ton visage : dans les mouvements infiniment lents des traits qu’ils y tracent, mes doigts apprennent ta peau patiemment. Je tire une à une des lignes fines et délicates qui se dressent comme un mur contre les élans impétueux de la ville et le brouhaha incessant de la vie. Mon coup de crayon est juste. Ça fait une jolie cage autour de ton visage, avec des barreaux délicats, et une porte, dont j’effacerai les traits pour te laisser respirer.

Tic tac, tic tac, l’aiguille marque par un trait notre fuite en avant et il y a bien assez d’horloges pour faire tourner les minutes au cadran des carrés. Tic tac, tic tac, trait mortel qui me rappelle que je vole chaque instant depuis notre départ. Tic tac, tic tac, trait perfide qui susurre que le voyage ne sera qu’une escapade. Tic tac, tic tac, trait cruel qui s’acharne : samedi, nos vies reprendront le lit de leur cours sans merci pour l’amour qui nous a menés là. Tic, tac, tic tac, trait d’union ou point final? Tic tac, tic tac, que sera sera…

Entre les tics et les tacs, elles sont précieuses ces minutes de silence où, dans l’air alangui de notre chambre de Manhattan, le rêve est possible, où la main hésite encore à tracer en pointillés les traits de notre futur, à évoquer en filigrane ce que sera notre destin.

Entre les tics et les tacs, elles sont intenses ces minutes. Si intenses que ma bouche se tait, laissant parler mes mains, mes yeux, mon corps auquel tu t’accroches comme un naufragé. Ton visage qui cherche refuge et mes seins qui sont là pour accueillir ta dérive. Ma bouche qui bécote ta tête et puis ton front et ensuite tes joues et aussi ton nez jusqu’à tes lèvres où se fondent nos souffles. Tu respires, une grande bouffée! D’un trait, tu te remplis. Enfin! Puis tu ouvres les yeux. Tu ne souris pas. Tu te dresses devant moi. Ton beau corps comme un pilier d’airain se découpe sur la blancheur des draps puis sur le lait de ma peau. Tu écartes mes cuisses et tu plonges en moi. Trait fatal : ton regard planté dans le mien est ton ancre dans le monde des vivants. Alors… Alors, plus rien n’existe. New York et ses gratte-ciels s’effondrent. Les lumières criardes de Times Square s’éteignent subitement. Les klaxons des taxis jaunes s’estompent et meurent. Le silence de Central Park en pleine nuit recouvre tout à coup la démesure de cette ville sans fin pour faire place à l’écho de mes cris qui grimpent et rebondissent sur les façades de verre. Tu investis mon territoire en maître absolu laissant à chacun de tes assauts les traces de ta conquête : l’empreinte de tes doigts qui serrent ma gorge quand nos regards se provoquent. La morsure de ta bouche sur mes lèvres que tu avales, que tu aspires gloutonnement, m’empêchant de les ouvrir pour te donner un baiser. Les marques de tes mains qui empourprent ma peau. L’espoir d’un avenir au creux de mes reins.

Trait pour trait, dent pour dent, oeil pour oeil, je me fous de tout : comme on se ressemble, on s’assemble. Plus on s’assemble, plus le trait se délie et plus notre passé devient flou. On lui tire notre révérence et on ébauche les traits d’un autre présent par plein de «Je t’aime» qui se déclinent en des variations à l’infini tandis que nos corps saisis et figés par le désir rendent nos visages aveugles et nos esprits sourds.

Je me lève, chancelante. Mon corps tremble encore de cet amour fou. Je m’éloigne du lit pour t’admirer. Tu es beau : sur tes bras, ton torse, ton front perlent des gouttes qui le font luire comme un diamant noir. Immobile, les yeux clos, tu as l’air mort. Je profiterais bien de ton abandon pour te croquer au fusain en petits traits vifs et immortaliser l’instant, mais ma main est lasse, elle t’a déjà tout donné. Ma gorge est sèche. Ma voix, non plus, ne sera pas capable de chanter davantage tes louanges, car «mille ans sont, à tes yeux, comme le jour d’hier, quand il n’est plus, Et comme une veille de la nuit. Tu les emportes, semblables à un songe, Qui, le matin, passe comme l’herbe.¹»

Alors, doucement, comme pour dire que ça suffit, la ville reprend ses droits. Elle entre sans frapper. Le soleil perce les voilages d’un trait lumineux. Ça fait un échiquier sur le sol. Le trait est aux blancs : c’est à mon tour de jouer. J’avance mon pion. C’est mat en deux coups. Le tiret a coupé le mot, la césure marqué la ligne. Trait d’union ou point final?

Point final.

 

 

Illustration : Le théâtre implacable du monde- Louis-Pierre Bougie

Vidéo : Bebe, Siempre me quedara

¹ Psaume 90

 

Lié à: le roc d'enfer.

Tags: ,

Impressions de vacances

8 août 2014

«Tout seul, on va plus vite,

ensemble on va plus loin !»

Proverbe africain

C’est l’été, et qui dit été dit entre autres vacances, voyage, dépaysement, découverte, aventure et repos. Durant ces deux mois d’été, nous aurons collectionné de belles images, respiré des parfums insolites, fait des rencontres nouvelles ou des retrouvailles, goûté des saveurs multiples, vécu des petits moments, drôles ou tendres ou émouvants, mais sans aucun doute intemporels car ils resteront gravés quelque part dans nos mémoires, intimes témoins passagers de cet été 2014…

Comme le disait ici, ma chère et regrettée amie Monique Le Pailleur, «l’une des forces de la collaboration facilitée par  les réseaux sociaux (qu’il s’agisse de Twitter ou de Facebook) m’apparaît  être la fusion des imaginaires collectifs et la mise en commun des talents de chacun.» C’est dans l’espoir de créer le plus beau récit de l’été 2014 avec l’apport de chacune de vos histoires personnelles, que je vous invite à partager sur Twitter un souvenir de votre été 2014. Au fur et à mesure des publications, j’établirai une carte pour rendre compte de nos tribulations estivales. Contrairement aux autres récits écrits en collaboration, il n’importe pas de tenir compte des tweets précédents figurant sur le fil de Twitter. L’important ici est de partager à l’ensemble de la communauté un souvenir et que celui-ci devienne l’élément d’un récit-mosaïque qui se coconstruira simplement par l’ajout de vos gazouillis les uns à la suite des autres sous le mot-clic #TwtVac.

Comme la rentrée scolaire au Québec est le 25 août pour la plupart des enseignants, je nous donne jusqu’à cette date pour publier nos tweets.

 

Les consignes :

1. Le tweet doit inclure une photo du moment que vous désirez partager.

2. Le tweet doit impérativement comporter dans le message qui accompagne la photo les lettres du mot ÉTÉ et ce, en hommage aux jeux littéraires oulipiens.

3. Le tweet doit inclure la balise #TwtVac

4. Le tweet doit inclure la mention du lieu. Vous pouvez soit l’inclure dans le tweet, soit utiliser la géolocalisation sur Twitter, soit me la mentionner en MP.

5.. Le jeu s’achèvera le 24 août 2014 à minuit (heure du Québec) et vous serez prévenus de la fin du projet sur Twitter. Le texte coproduit sera ensuite  finalisé et publié sur mon blogue.

 

Je souhaite ardemment que ce défi «poéticovacancier» vous intéresse. Je vous rappelle qu’il suffit d’une seule collaboration pertinente pour faire partie du collectif d’auteurs et que votre pseudo Twitter figurera à la fin du récit que vous aurez permis de créer.

Alors, ça vous tente de plonger avec moi et de réussir à nous étonner les uns les autres ? Si vous y consentez, je vous attends avec joie sur #TwtVac. Le voyage est déjà commencé…

 

 

Lié à: le col des contrebandiers.

Tags: ,

In memoriam

30 janvier 2014

«L’absence est la présence extrême

Monique Le Pailleur

 

Monique aimait les mots. Monique aimait le jeu. Monique aimait la pédagogie. Monique aimait les défis. Et nous, nous aimions Monique…

 

Avec elle, on remixait la littérature, on supprimait des lettres, on écrivait des histoires à coup de trois mots ou de 140 caractères : on s’amusait comme des fous. On inventait d’autres possibles, on réfléchissait au mieux, on ouvrait des portes : on rêvait à une école idéale.

 

Et maintenant, qu’allons-nous faire que tu es partie?

 

On dira, Monique en souvenir de toi, des mots doux, des mots de miel, des mots divins. On dira des mots magiques, de délicats mensonges.

 

On dira, on dira, Monique en souvenir de toi, des myriades de mots, des discours malicieux, des mots majestueux, de délicates mélopées, des murmures mystérieux.

 

On dira des désirs dodus. On déliera de défi en défi le fil des destinées, Monique en souvenir de toi. On rêvera de dissidence extrême sans hésiter dans l’impatience rebelle. On planera sans limites ni regrets. On enfantera l’infini. On magnifiera l’existence. On tissera ici et là des reliefs indécidables sans attendre d’habiter l’instant et de s’y perdre.

On se délestera des doutes et on diluera la mort. On se délivrera de la monumentale douleur. On ensemencera la réalité d’images débridées. On réalisera nos rêves et surtout, surtout, surtout ici, avec vous tous, Monique en souvenir de toi, on en imaginera d’irréalisables et on continuera d’écrire car tu le savais, écrire, c’est extirper du rien le merveilleux d’une présence imprévue.

À toi, in memoriam, ma belle amie,

Nathalie

 

Lié à: le plateau de Beauregard.

Lettre ouverte à Monsieur Loys Bonod

12 décembre 2013

« À quoi ça sert un prof? Ça sert à rendre pertinent ce qui ne serait que vrai.»

Fernand Dumont

Ce billet est en réponse à l’exégèse écrite par Monsieur Loys Bonod dans le forum de son blogue à propos d’un de mes billets publiés à l’occasion d’une «amusante expérience qu’il a menée sur le Web.

 

 

Bonjour Monsieur Bonod,

Avant tout, permettez-moi de n’avoir pas rappelé dans le détail votre «expérience» puisqu’un hyperlien dans mon billet menait directement à la page où vous expliquiez vous-même très clairement ce que vous aviez fait. Il me paraissait superflu d’en rajouter.

 

Premièrement, je sais très bien ce qu’est un commentaire de texte. J’ai suivi un cursus scolaire en France. C’était il y a longtemps, mais je suppose que ça n’a pas dû évoluer beaucoup depuis que j’ai quitté le pays puisqu’il existe encore dans la même mouture l’examen oral du baccalauréat de français d’après ce que je lis . Sauf qu’aujourd’hui c’est 25 ans plus tard la même épreuve. 25 ans… Quand même…!

 

Deuxièmement, il n’existe pas dans la sanction des études au Québec d’épreuve de lecture telle celle du commentaire de texte, une épreuve d’écriture permet d’obtenir le DES au terme de cinq années de secondaire. La lecture est évaluée par l’enseignant ainsi que la communication orale.

 

Troisièmement, je pense que le savoir a tout à voir avec n’importe quelle appréciation et interprétation de texte ou d’oeuvre, sinon sur quoi se baser pour commenter? Quels sont les critères qui nous permettent de justifier, d’argumenter, d’expliquer?

Les connaissances n’ont aucun rapport au savoir? Je me souviens de mes cours de lycée : la prof nous donnait SON analyse, SON commentaire composé, Sa lecture du texte et nous les apprenions par coeur pour le bac de français. À part exercer ma mémoire, je ne suis pas certaine que cet exercice ait développé ma capacité à analyser personnellement un texte. Alors oui, je conteste la pertinence de l’examen pour valider des compétences en lecture. Mais je ne vous tiens pas responsable du choix des épreuves qui sanctionnent les études en France! Ce qui m’afflige par contre à vous lire, c’est que vous avez l’air de justifier votre présence auprès de vos élèves seulement pour cette épreuve. Votre enseignement est destiné à leur faire passer un examen! Personnellement, je n’ai jamais vu mon rôle ainsi quand j’enseignais, en ZEP en France et ensuite au Québec.

 

P. 33 du PFEQ 2e cycle du secondaire

Poser un regard critique sur des textes courants et littéraires en appliquant des critères d’appréciation

Les élèves ont à observer les écrits sous plusieurs angles pour juger d’un propos ou pour commenter des façons d’écrire. Ils continuent à apprendre à tirer profit de leurs expériences, de leurs connaissances et de leurs repères culturels (œuvres lues, auteurs reconnus dans la communauté scientifique ou littéraire, stéréotypes, etc.) pour élaborer des critères et juger, par exemple, de l’intérêt ou du pouvoir d’évocation d’un passage, de l’originalité du traitement du sujet, de la solidité d’une hypothèse ou de la crédibilité d’un auteur. En confrontant leurs appréciations avec celles de leurs pairs et en prenant connaissance de commentaires de spécialistes ou de critiques, ils en arrivent à relativiser leurs jugements et à les formuler de façon nuancée. Cette famille de situations sert d’assise et de passerelle entre l’information et la littérature et, à l’aide de critères, elle permet d’apprécier aussi bien des textes courants que littéraires. Les critères que les élèves élaborent, d’abord avec le soutien de l’enseignant, puis avec de plus en plus d’autonomie, tiennent compte des indications fournies à l’égard de la qualité des textes et des œuvres dans le tableau du répertoire personnalisé.

 

De plus, je suis contre les corrigés en ligne, pas en ligne, en fait peu importe où ils se trouvent. Je suis pour qu’un élève fasse preuve de jugement critique en discriminant dans les sources à sa disposition celles qui seront les meilleures pour qu’il construise sa pensée et donne du sens à ses propos. Si j’avais à enseigner en France, je me servirais de ces corrigés en ligne comme exemples pour montrer à mes élèves comment tirer partie de leur répertoire personnel de connaissances et de repères culturels. Je leur apprendrais à les crititquer et à les commenter avec leur propre interprétation élaborée sur des critères précis. Je leur apprendrais l’autonomie et la confiance parce que ça en prend aussi de la confiance pour se prononcer sur un texte résistant voire hermétique quand ce n’est pas hors de leur portée comme le texte baroque que vous aviez soumis à vos élèves. Mais comment nos élèves peuvent-ils apprendre à le faire si personne ne le leur apprend?

 

PFEQ p. 1

L’enseignant doit les amener à établir des liens entre les apprentissages qu’ils font dans des situations diversifiées, à choisir les démarches les plus appropriées et à prendre l’habitude de réinvestir leurs acquis dans un large éventail de contextes scolaires et extrascolaires. Il doit également les amener à trouver un juste équilibre entre les ressources documentaires et littéraires de la bibliothèque, les rencontres avec des personnes qui exercent différentes fonctions et l’utilisation de l’ordinateur et d’Internet.

 

«Le mot n’est pas le sens», dit souvent Britt-Mari Barth. Ainsi, Web 2.0 ou web social renvoie à un concept bien précis, car il existe aussi le web 1.0 (web passif) et le web 3.0 (web sémantique) désormais. J’ose espérer que vous connaissez la différence sinon il y a Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Web_2.0 D’autre part, le fait d’utiliser l’expression ne confère aucune expertise technopédagogique! Cela vise simplement à préciser dans quel paradigme on se situe.

 

Ce qui doit s’imposer à l’école, c’est une révolution de la façon d’enseigner et d’apprendre. En cela, les outils du 2.0 apportent un soutien. Ils ne sont pas la finalité. Ils ne sont que des outils comme tant d’autres outils qui ne sont pas technologiques pour mieux développer des compétences en lecture, en écriture et en communication orale, pour acquérir des connaissances, construire sa vision du monde et son identité.

 

Vous trouvez mes propos diffamatoire parce que j’emploie des termes comme «manque d’éthique» ou encore «malhonnêteté intellectuelle». Cependant,  ce sont ceux-là précisément qui conviennent à votre geste parce qu’il existait bien d’autres façons, et constructives, et engageantes pour faire prendre conscience du problème à vos élèves. Nous sommes tous confrontés au phénomène du copier/coller car l’information est très accessible. Cela induit que notre rôle d’enseignant doit tenir compte du contexte dans lequel nous enseignons. Le nier, c’est nier la société, le monde, le rapport au monde qui inclut le rapport au savoir, car l’école a pour mission d’y préparer nos jeunes.  Au Québec, les enseignants possèdent un référentiel de compétences professionnelles. Je vous invite à prendre connaissance de la compétence 12 Agir de façon éthique et responsable dans l’exercice de ses fonctions.

 

D’autre part, j’ai relaté l’expérience de la prépa littéraire pour souligner l’absurdité de l’exercice qui m’était imposé à moi et aux autres. C’était un exemple, vous savez le procédé qu’on utilise comme étayage dans une lettre d’opinion. Je ne sais pas si vous êtes passé par le tordeur des classes préparatoires. Moi oui! Je me souviens des techniques de survie que nous (je dis bien NOUS, car je n’étais pas la seule à user de stratagèmes pour survivre au rythme et aux exigences. Personne ne dort en classes prépa sauf le matin dans les cours de philo pour rattraper quelques heures de la nuit passée à bûcher!) Pour preuve cette lettre écrite par une jeune normalienne récemment. J’aurais aimé que cet enseignant de latin au lieu de nous bombarder de textes à traduire sans aucun soutien nous modélise comment faire une bonne traduction, nous fasse comparer des traductions et nous montre pourquoi telle ou telle traduction était meilleure qu’une autre. Au bout du compte, j’aurais sûrement été capable de traduire par moi-même en y trouvant du plaisir, car j’aurais développé une confiance en mes capacités qui m’aurait détournée de l’envie de chercher ces aides dans les traductions retirées du circuit par ce prof si bienveillant et si déterminé à m’apprendre à penser… SEULE!

 

Les élèves n’ont pas davantage raison de tricher que vous avez le droit de les piéger. Éduquer, ce n’est pas ça. Je ne cautionne pas leur attitude, je la trouve simplement justifiée vu le contexte peu signifiant de la tâche pour eux. Il faudrait questionner la pertinence de maintenir l’examen tel qu’il est et vérifier ce qu’il valide pour vrai… À mon sens, certainement pas la capacité à lire.

 

Le web ne pousse personne à faire quoi que ce soit. Vos élèves trouvent des réponses en ligne parce que les questions qu’on leur pose sont «googlables»! Elles ne sollicitent ni leur créativité ni leur jugement critique. Posez une question dont la réponse demande recoupement d’informations, décryptage de l’inférence, analyse des énoncés, des objets, comparaison, etc. Bref, cela. Vous verrez la différence!

 

Dernière précision : j’ai travaillé à la validation des programmes de français et à la progression des apprentissages au Ministère de l’Éducation du Québec. J’ai ensuite travaillé à l’implantation et l’accompagnement dans le milieu de ces documents ministériels prescriptifs. Les exemples que je citais de nos programmes de français sont des exemples en contexte d’apprentissage et non d’évaluation.

 

Enfin, je me considère encore une élève, encore une apprenante active dans une communauté d’apprentissage qui est connectée par la technologie et qui s’alimente grâce à la technologie. Je n’ai jamais autant appris que depuis que je suis en réseau avec des centaines de professeurs à travers le monde et je travaille chaque jour à ce que ce réseau s’aggrandisse, se solidifie et joue un rôle dans la réussite des jeunes qui nous sont confiés.

 

Nathalie Couzon

 

 

Lié à: le col des contrebandiers.

Tags: , , , ,

L’arbre qui cache la forêt

12 décembre 2013

C’est la première fois qu’une personne autre que moi écrit ici. Je suis fière que cette personne soit Monique Lachance (@lacmonique), ma collègue, une femme passionnée par son métier, portée par le désir du changement et inspirante pour les enseignants et les élèves qu’elle côtoie, mon amie avant tout. Monique a enseigné la littérature au cégep puis le français au secondaire avant de se consacrer à l’accompagnement pédagogique comme conseillère pédagogique en français. Depuis peu, elle collabore au Programme de recherche en écriture au MELS, et elle est la cofondatrice du REFER. En attendant qu’elle possède son propre espace pour publier, je lui offre un sentier de mes randonnées scripturales pour y laisser sa trace.


Monsieur Bonod,

Dans votre billet du 7 décembre 2013, vous fustigez le travail d’une enseignante qui explique, par l’intermédiaire d’une capsule vidéo, la démarche qu’elle a entreprise, à l’aide du logiciel Antidote, auprès d’élèves en difficulté dans l’une des écoles les plus défavorisées de Québec.

 

Je suis la conseillère pédagogique qui a initié ce projet d’atelier d’écriture et je désire répliquer publiquement aux détractions condescendantes que vous avez publiées au sujet de cette enseignante et de son travail. Je remercie au passage ma collègue Nathalie Couzon de me permettre d’utiliser son espace public à cette fin.

 

Je vous concède que cette capsule sur l’atelier d’écriture avec Antidote ne dresse pas un portrait complet des pratiques qui ont été mises en place dans cette classe. Il me semble important et pertinent de replacer le contexte et les conditions d’exercice de l’enseignement du français au Québec afin d’apprécier justement l’activité d’écriture que vous avez abondamment critiquée. Au Québec, deux documents ministériels guident la pratique enseignante : le PFÉQ et la Progression des apprentissages propre aux disciplines. On y retrouve les trois compétences en français que l’élève doit développer, soit Lire et apprécier des textes variés, Écrire des textes variés et Communiquer oralement selon des modalités variées, ces compétences étant travaillées en concomitance et en interrelation. L’article 23 du Régime pédagogique vient préciser que 400 heures par année doivent être consacrées au développement de ces trois compétences au premier cycle du secondaire.

 

C’est le Cadre d’évaluation des apprentissages en français, langue d’enseignement qui précise, entre autres, la pondération attribuée à chaque compétence. Ainsi, la compétence à écrire compte pour 40% de la note attribuée à l’élève et il est d’usage que les enseignants y accordent à peu près le même poids en temps d’enseignement. Selon ce raisonnement, 160 heures par année sont consacrées à l’enseignement de l’écriture.À l’école de Nicole Frédérick, la répartition des cours est établie selon des cycles de 9 jours et les élèves de premier cycle ont des cours de français inscrits à l’horaire 8 jourspar cycle, 20 cycles par année. 67,75% du temps d’enseignement en écriture (ou 93,25% du temps attribué à l’enseignement du français dans sa globalité) sert à étudier les genres ainsi que les ressources de la langue prescrits par la Progression des apprentissages en français. Une planification détaillée des éléments d’apprentissage qui seront abordés en classe est construite par l’enseignante pour chaque étape de l’année scolaire.

 

J’en arrive maintenant à l’atelier d’écriture. Sur ces 8 jours, une période (75 minutes) est consacrée à l’écriture libre, soit 6,25% du temps total passé en français ou 31,25% du temps consacré à la compétence en écriture. Cette période d’écriture libre s’avère la façon la plus efficace que nous avons trouvée pour mettre en œuvre la  première mesure du PAAF, soit l’écriture plus fréquente (au moins une fois par semaine) de textes. Les membres du comité d’experts à la base des 22 mesures de ce plan d’action ont bien compris que, pour apprendre à écrire, il faut écrire. Toutefois, la plupart des élèves sont rebutés par l’écriture et l’une des raisons de cette aversion est que l’école ne les place pas en contexte authentique d’écriture, c’est-à-dire que les tâches scripturales scolaires ne trouvent pas écho chez cette génération plus que jamais en quête de sens. Il nous faut donc, enseignants et accompagnateurs, créer des situations qui viennent modifier le rapport à l’écrit et qui amènent l’élève à s’engager émotivementet cognitivement dans une tâche d’écriture. Sans véritable engagement de l’élève, aucun apprentissage complexe et durable n’est possible et ce n’est pas sous la menace constante du crayon rouge, dès qu’un mot se dessine sous sa plume, qu’un élève découvrira l’utilité et le plaisir de pouvoir véritablement communiquer avec les possibilités inestimables que nous offre cette langue si capricieuse, mais en même temps si riche. Pour paraphraser Germain Duclos, ce n’est pas parce qu’on mesure la taille d’un enfant tous les jours qu’il grandit plus vite.

Ce sont ces concepts de motivation et d’engagement qui nous ont amenées, Nicole et moi, à modifier nos approches en offrant aux élèves la possibilité de renouer avec l’écriture. L’atelier d’écriture libre leur a permis de revisiter leur langue maternelle et de l’envisager comme un levier à l’acte de communication écrite plutôt que comme un frein.

Sous son air anodin et « vide », comme vous vous plaisez à le dire, l’atelier d’écriture avec Antidote recourt aux différentes phases non linéaires (même pour la diffusion) du processus d’écriture que sont la préparation, la rédaction, la révision, la correction, et la diffusion. Le portfolio électronique PERLE offre la possibilité aux élèves de se fixer des objectifs d’écriture et l’enseignante a accès à toutes ces données puisqu’elle est l’administratrice du groupe. Elle peut ainsi commenter les textes et orienter les objectifs d’écriture en fonction de ce qu’elle connaît de ses élèves et des éléments d’apprentissage au programme. De plus, les élèves ont la possibilité de partager leurs textes avec d’autres élèves, voire avec leurs parents, et de recueillir les impressions, les commentaires et les conseils de leurs pairs. Le système PERLE permet d’enregistrer les différentes versions du texte à chaque fois que les élèves y apportent les modifications et les enrichissements souhaités. Ils sont ainsi en mesure de constater tous les progrès qu’ils ont pu faire grâce aux différents lecteurs de leurs textes et à leurs recherches dansles guides et les dictionnaires d’Antidote. Et bien oui, que voulez-vous, il est encore ici question de socioconstructivisme : le tout est plus grand que la somme des parties!L’évidence est que le numérique permet des pratiques qui auraient été impensables il y a dix ans.

Depuis la mise en place de l’atelier d’écriture à l’école de La Cité, plusieurs élèves nous ont dit avoir travaillé leurs textes de la maison ou à partir du local d’informatique de l’école sur l’heure du repas du midi. Jamais nous n’avions vu des élèves autant impliqués dans leurs apprentissages, surtout en ce qui a trait à des tâches d’écriture qui ne sont même pas évaluées de façon sommative. J’attribue ce succès en grande partie au fait que celle qui a relevé le défi de voir l’école autrement est une enseignante compétente et innovante, une enseignante qui se sent concernée par la recherche de sens de ces adultes en devenir et qui a une vision globale des finalités de l’école.

 

Bien sûr, cette approche globale vous a échappé puisque vous n’avez retenu que les détails des apprentissages auxquels la période était consacrée lors du tournage de la capsule. Vous n’avez d’ailleurs pas manqué de comparer le niveau des élèves québécois de 14 ans à celui d’élèves français de 7 et 8 ans. Quelle tristesse! Toutefois, grâce à mes échanges avec d’étroits collaborateurs du monde de l’éducation en France, je sais que vos propos ne sont pas partagés par une majorité, voire qu’ils représentent un cas isolé.

 

Parmi les enseignants que je côtoie, plusieurs ne sont pas à l’aise avec la place grandissante que prend le numérique à l’école, mais cela ne nous empêche pas d’entretenir des relations respectueuses. En fait, c’est la première fois que j’ai affaire à un membre de la profession qui tient des propos aussi odieux sur ses pairs et sur les élèves, et j’espère bien ne plus avoir à croiser votre route, qu’elle soit virtuelle ou réelle!

Monique Lachance

 

 

Lié à: la pointe de Tardevant.

Page 1 of 512345»