Le songe du baobab

15 mai 2012

Avant-propos

ou

genèse de l’histoire avant de lire l’histoire

 

C’est l’hiver depuis longtemps. La neige est moche. Le printemps tarde à venir. Alors je pars. Le soleil, la chaleur, la farniente, Cuba. Si! Et puis, là, je rencontre David. David Garcia. Garcia comme dans Zorro! Je le taquine, je rigole. Je lui dis que, quand j’étais petite, j’étais amoureuse de Zorro. Il me trouve drôle. Il travaille comme animateur. Il écrit aussi. Il est un écrivain qui ne publie pas, car il doute… Je connais ça. Je me sens proche de lui. Alors, au terme d’une soirée passée à parler de littérature et d’écriture, je lui propose d’écrire avec moi une histoire. Je ne sais pas pourquoi je lui demande cela, c’est comme une nécessité. Il faut que j’écrive avec lui. Il me trouve dingue. «Loca, dit-il, et il rajoute : Mais tu quittes dans 3 jours! Et puis, on va raconter quoi?» Je réponds : «On s’en fout. On peut essayer, juste pour voir et puis, je reviendrai, et on continuera alors…» Il accepte. Comme je ne sais pas plus que lui ce qu’on pourrait écrire et par où commencer, je lui demande son mot préféré en espagnol. Moi, je lui dis : «Le mien, c’est coquelicot.» Il cherche, et finalement : «Ce n’est pas un mot espagnol. C’est le nom d’une ville, en Europe, Copenhague.» Et je conclus : «D’accord, ce sera le lieu. »Et voilà, ça a commencé comme ça!



 

«[…] et nul ne peut arriver à rien dans cette vie sans quelqu’un qui croit en lui.»

Paul Auster, Tombouctou

 

 

J’ai froid. Je ne sens plus mon corps. Tout autour de moi semble fuyant dans l’obscurité. Soudain, dans mon esprit, comme un radeau, un souvenir. Je m’y accroche. C’est un chant, son chant à elle. Elle, la seule depuis mon arrivée à Copenhague. Pourtant, là, à cet instant précis, ce n’est pas sa voix que j’entends. Ça ressemble à des cris. Des mots que je ne comprends pas. Toujours les mêmes. Ils sonnent comme le glas, froid, dur. . . Est-ce que je suis mort? Est-ce que c’est ça, la mort?

 

Un coup sur la poitrine. Mes poumons se tendent sous la pression. Un autre coup, plus sec, plus fort, accompagné des mots étranges. Encore un coup et ensuite un raz-de-marée, l’eau déferle, brûle ma gorge. Je crache. Je me redresse. Quatre hommes  sont penchés sur moi. Quatre inconnus, trois blancs et un frère de ma race, noir comme moi. Je le regarde fixement.  Je crache toujours. Son visage est tendu, inquiet. Enfin, je prends une grande inspiration et je ferme les yeux. Quand je les rouvre, c’est son sourire qui est là, simplement. Ses bras immenses gesticulent dans tous les sens. Il prononce des mots qui me sont familiers. Ses amis rient et je sens leurs haleines chargées de rhum lorsque deux d’entre eux m’aident à me relever. Les hommes me donnent de grandes claques dans le dos. Ils me font signe de les suivre en pointant du doigt un navire. J’avance avec difficulté, encore étourdi. Mes jambes sont engourdies. Des crampes ralentissent mes mouvements. Je trébuche sur les galets froids et manque tomber. Mes compagnons rient encore plus fort. Nous parvenons enfin sur le quai le long duquel des containers forment une muraille. Je ne l’avais jamais remarqué avant.

 

Nous nous faufilons entre ces sombres tranchées de métal d’où jaillissent à intervalles réguliers des filets de lumière. Les hommes qui m’ouvrent le chemin y apparaissent comme des fantômes aspirés aussitôt par l’obscurité. Ça ressemble à une descente aux enfers, pourtant chaque pas nous rapproche du monde des vivants. Ça pue : une odeur de poisson avarié mêlée aux vapeurs de pétrole, la même qu’à Amsterdam et qu’à Marseille. Tous les ports se ressemblent. Pourtant, aucun n’est pareil.

 

Lumière. Ombre. Lumière.

 

«Corazón, corazón.

Pon tu mano en mi mano, despierta mi alma, sacude mi cuerpo.

Corazón, corazón

 

 

 

Novembre. 6 mois depuis la dernière fois que j’ai vu le soleil, se lever sur le fleuve Niger. 6 mois depuis que j’ai décidé de saisir le rêve.  La première fois, c’était il y a si longtemps… J’ai pas fait attention. Mais quand le visage, celui d’une femme, les brumes d’un pays inconnu, baigné par des eaux froides et ces sons «co-ra-zón», revinrent, une fois, deux fois,  puis à chaque nuit,  jusqu’à devenir obsédants, je décidai de partir. Je me sauvai du village alors qu’il dormait, incapable de décrire la force qui me poussait à quitter. Personne n’aurait compris et moi-même, à cet instant, je ne comprenais pas tout…

 

 

Suite de l’histoire à mon prochain voyage à Cuba 🙂



Lié à: le plateau de Beauregard.

Tags: , , , ,

Les nourritures numériques

25 mars 2012

«Comprendre, c’est se sentir capable de faire. »

André Gide, Les nourritures terrestres

Depuis quelques jours, un prof de lettres dans un lycée parisien fait la une des manchettes pour avoir publié sur son blogue un article relatant une expérience édifiante (sic!) qu’il a intitulée Comment j’ai pourri le web.

Indignée par la conception de ce que DOIT être l’école derrière les propos de celui qui a pourri le web et piégé ses élèves – quelle longue périphrase pour le désigner, j’invente donc un acronyme par souci d’efficacité… tiens : CQPW (Celui Qui a Pourri le Web) – je m’insurge contre la surexposition médiatique de ces enseignants, dépassés par les changements de paradigmes qu’imposent le web 2.0, le nouveau rapport au savoir et l’intégration des TIC dans l’apprentissage et l’enseignement (voir aussi cet article). Je suis renversée par la malhonnêteté intellectuelle de CQPW quand il note dans le forum de son blogue : «A ma décharge, l’expérience n’était pas scientifique, mais pédagogique et à l’intention des élèves. Je ne pensais pas que j’aurais à rendre des comptes publics un jour… » Selon moi, il n’y avait aucune intention pédagogique dans cette expérience, mais simplement l’expression d’une frustration bien loin de l’éducation aux TIC. D’autre part, s’il ne désirait pas rendre de comptes publics, il ne fallait pas s’exposer sur le web.

La démarche de ce prof à l’éthique douteuse, comme le souligne Delphine Regnard dans cet excellent billet, a ramené à ma mémoire le souvenir de ce que faisait un de mes profs de khâgne il y a plus de 20 ans pour nous obliger à traduire par NOUS-MÊMES la quantité phénoménale de textes latins destinés à nous préparer au concours de Normale Sup. Internet n’existait pas en ce temps. Pour éviter la triche, désireux de développer notre autonomie et notre pensée critique (resic!), ce prof retirait des bibliothèques du lycée et de celles de la ville, toutes les traductions qui auraient pu nous aider à traduire. Désolée, Monsieur CQPW, vous ne détenez pas l’apanage du machiavélisme! Et lui non plus n’avait pas compris ce en quoi consiste l’apprentissage… ni le rôle très différent qu’il aurait pu jouer si ses intentions avaient été autres que d’évaluer tout le temps nos performances… Mais faut croire que notre rôle à nous, les élèves, c’était de souffrir pour apprendre, pas d’en tirer un certain plaisir… Bref, revenons à nos moutons, ceux de Panurge, ce sont les meilleurs parce qu’ils sont devenus célèbres eux aussi et on se rappelle pourquoi hein? Pour avoir démontré qu’ils ne savaient pas penser par eux-mêmes! Je fais de l’ironie, moi? Non, à peine…

Comme je n’étais pas assez riche pour acheter les traductions, même dans les boutiques de livres usagés, et que des stations prolongées devant les tablettes des librairies pour recopier la traduction avaient l’air louche, j’avais mis à profit mes ressources personnelles pour sauver quelques heures de sommeil (me comprendront ceux et celles qui sont passés par les classes prépa de lettres. Les autres attendront la publication de ma biographie pour lire les savoureux récits de ces deux années de ma vie). J’avais dans mon réseau d’amis, un prof de lettres classiques d’une célèbre institution parisienne. Quand j’étais surchargée de préparations de colles, de traductions anglaises, de devoirs de philo, d’histoire et tutti quanti, qu’une journée de 24 h ne suffisait pas à la charge de travail imposée par tous nos profs, je lui demandais de traduire les passages de Sénèque, de Tite-Live et compagnie sur lesquels je butais. J’avais alors 18 ans, je faisais partie de ces jeunes triés sur le volet pour préparer le concours de Normale Sup, mais je ne me questionnais pas à cette époque sur la pertinence d’une tâche scolaire. Si on l’exigeait de moi, ça devait forcément me servir à quelque chose… (reresic!) En fin de compte, je donnais au système ce qu’il attendait de moi. Cependant, j’avais fini par comprendre une chose comme ces jeunes lycéens piégés : c’était qu’une tâche ne méritait pas que j’y accorde du temps si elle n’était pas authentique ni signifiante pour moi! Elle ne m’apprenait rien sinon à trouver un moyen pour survivre et pour fonctionner selon les exigences du système. Ce qu’ont prouvé ces jeunes en allant chercher des réponses toutes faites et en ayant aucune autre ressource pour les vérifier, c’est la vacuité de la tâche qui était exigée d’eux voire la non-pertinence de ce type d’évaluation pour démontrer leurs compétences en lecture. Sur 65 élèves, 51 sont tombés dans le panneau. Parfait! Alors qu’en déduire? 51 tricheurs? 51 paresseux? 51 idiots? ou 51 qui ont choisi de donner une réponse au prof, peu importe la réponse? Après tout, c’est ça qu’on attendait d’eux, une réponse, c’est à ça qu’on les avait formés : répondre. Pas penser, pas discriminer, pas créer, pas questionner…

Dans le PFEQ, on peut lire, page 4 du chapitre 5, et il n’est pas question de survie dans ce cas-là, mais bien de développement de compétences dans le cadre de véritables contextes d’apprentissage : «l’élève doit pouvoir bénéficier du soutien de l’enseignant, de ses pairs et d’autres personnes ressources (bibliothécaire, orthopédagogue, conseiller d’orientation, parents, etc.). Ces conditions sont essentielles pour qu’il parvienne à exercer ses compétences en français avec de plus en plus d’assurance et d’autonomie.» Comment ce facétieux CQPW a-t-il soutenu ses élèves dans l’apprentissage du choix des ressources et dans le développement de leur autonomie?

Je reviens à l’anecdote de mon prof de khâgne. Ne s’expliquant pas mes progrès soudains en traduction latine et surtout des passages qui posaient problème à l’ensemble de la classe, il a décidé un jour de ne pas me rendre ma copie. Dans mes souvenirs, le dialogue qui suivit ressemble à cela :

Moi : Monsieur, vous ne m’avez pas rendu ma copie. Je peux savoir pourquoi?

Lui : VOTRE COPIE! Vous osez me la réclamer?! Vous osez appeler VOTRE COPIE, ce plagiat éhonté! (Persiflant) Je ne sais pas comment vous avez fait pour trouver la traduction… J’avais fait sortir toutes les traductions des bibliothèques…

Moi : Vous vous trompez, Monsieur, j’ai pas recopié une traduction de bibliothèque, c’est juste quelqu’un qui traduit pour moi, un ami… pour m’aider, me sauver du temps parce que j’en ai pas assez pour tout faire, parce que sinon je sais pas quand je vais dormir, moi…

Il ne cessait de repéter : «Je sais pas comment vous avez fait pour… » et moi je répétais : «C’est pas moi qui traduis… » Il a donc mis un certain temps à entendre ce que je lui disais, et puis, tout à coup, il m’a entendue et là, ce fut terrible. Il a bégayé : «Quoi! Quoi! Et vous osez me dire ça! Comme ça!» L’air lui manquant, il est devenu écarlate. Puis pointant la porte du doigt, il a hurlé : «Je ne veux plus JAMAIS vous voir dans MON cours!»

Je l’ai écouté. Je n’y suis jamais retournée. Au concours d’Ulm-Sèvres, j’ai reçu un flamboyant 4/20 en traduction latine 😉

Ce matin, j’ai lu les commentaires postés sur le forum de CQPW et surtout les réponses que lui-même a adressées aux personnes qui ont pris la peine de réagir à son billet. Je suis très inquiète. Vraiment.

Je donne un exemple pour qu’on comprenne mieux mon inquiétude :«3/4 des élèves préfèrent ne pas penser par eux-mêmes et tricher : il faut s’y adapter. C’est entendu, je vais tricher et faire tricher mes élèves.» ou encore en parlant d’un travail d’interprétation dans le cadre du commentaire composé : «Vous faites le même contresens que beaucoup d’autres : la compréhension et l’interprétation d’un texte se fait sans document. […] Le commentaire composé ne relève pas de la science ou même de l’apprentissage. Vous semblez ignorer totalement en quoi consiste cet exercice.»

Alors c’est quoi le but du jeu dans tout ça? À quoi ça sert un commentaire composé si ça ne relève pas de l’apprentissage? Est-ce une situation authentique, signifiante pour l’élève? Qu’apprend-il à faire dans cet exercice? Ne devrait-on pas remettre en question ce genre d’exercices? Quand je dois comprendre un texte et l’interpréter, quel mal y a-t-il à recourir à toutes les ressources disponibles pour mieux comprendre et mieux interpréter? Est-ce par ce genre d’exercices qu’on devient un meilleur lecteur? Est-ce ainsi qu’on apprend à aimer lire et cela, pour la vie?

En guise de conclusion, je rappellerai simplement certaines pages du programme de français. Elles me semblent tout à fait appropriées dans le contexte actuel.

L’enseignant amène les élèves :

– à comparer, avec une certaine autonomie, leurs façons de faire dans différentes situations

– à comparer leur démarche avec celle d’autres élèves : façon de résoudre des difficultés, utilisation des repères culturels pour interpréter les textes, prise de notes, persévérance dans la lecture de certains documents, etc. (p.27, chapitre 5)

Dans les stratégies de compréhension et d’interprétation en lecture, l’élève apprend à :

Tirer profit de ressources externes

– en cherchant des renseignements spécifiques ou complémentaires dans des ouvrages de référence ou à l’aide d’outils diversifiés

– en tirant profit des différentes catégories de renseignements présentes dans un dictionnaire

– en sollicitant l’avis d’autres lecteurs ou de personnes-ressources (p.51, chapitre 5)

Enfin, dans l’annexe qui concerne les quatre dimensions de la lecture:

«De la lecture fusionnelle à la lecture distanciée, de l’affirmation de préférences à la structuration de connaissances, l’apprentissage et la réflexion qui lui est associée doivent favoriser le développement des élèves-lecteurs dans leur intégralité, c’est-à-dire leur permettre d’accéder aux textes par le chemin de la curiosité, de la sensibilité, du besoin de structurer leur identité comme par celui de la connaissance et de la culture.» (p. 128)

 

Morale de l’histoire

Chaque jour, bien qu’ayant été formée sans lui, je profite du numérique parce qu’il me permet de mettre à l’épreuve mon jugement critique, parce qu’il m’ouvre sur d’autres univers, parce qu’il me permet de confronter les points de vue, parce qu’il me rend plus cultivée, plus informée, (allez, j’ose le mot!) plus intelligente. Chaque jour, les nouvelles technologies et le web me nourrissent en m’offrant l’opportunité de créer des situations d’apprentissage qui motivent les élèves, qui les rendent actifs dans la construction de leur savoir, qui rejoignent leurs goûts et leurs intérêts, qui mettent à profit leurs talents, qui changent leur rapport à l’école en leur donnant envie de venir en classe et qui font d’eux des hommes et des femmes avides d’apprendre. Et ça, voyez-vous, Monsieur CQPW, c’est vraiment le bonheur!

 

 

Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , , ,

De la musique avant toute chose…

27 janvier 2012

…ou quand la valeur n’attend pas le nombre des années

Ce soir, 26 janvier 2012, ils étaient cinquante. Cinquante jeunes, des hauts comme trois pommes, avec même pas deux chiffres à leur âge et des plus vieux, des graines d’ados, réunis dans quatre groupes pour se partager la scène, les instruments, les micros et surtout les bravos parce que Gad, Flexobob, Zone 51 et Les Metallic, ils les méritaient nos applaudissements ainsi que tous ceux, parents comme éducateurs, qui les ont soutenus, encouragés, tous ceux qui se sont dévoués pour qu’ils puissent vivre un lancement d’album digne de ce nom et qu’on salue leur travail, leur persévérance et leur talent.

Sérieux, joyeux, concentrés, enthousiastes, fébriles, pleins d’énergie et surtout fiers de tous les efforts accomplis pendant les quatre derniers mois pour apprendre à jouer de la guitare, du clavier, de la batterie, des percussions, à chanter en français, en anglais, ils ont enchaîné avec brio comme des pros des succès d’hier et d’aujourd’hui (Adèle, Katie Perry, Lio, Niagara entre autres et leurs propres compositions), pas gênés pour cinq cennes, interrompant Les cactus de Dutronc par une petite blague, chorégraphiant des pas de danse sur LMFAO… Bref, IMPRESSIONNANTS!

Moi, je swinguais sur leurs notes, et je me suis dit, en les écoutant, que j’avais la chance de faire le «pluss» beau métier du monde, celui qui donnait l’occasion d’aider des jeunes à s’épanouir, à trouver leur «voix», celui où on pouvait avoir l’audace de croire en ses rêves, de les réaliser et de constater qu’il n’y a pas que dans les contes de fées que les fins sont heureuses, que, des fois, dans la vie aussi, ça existe pour vrai, comme ce soir.

D’ailleurs, je suis prête à parier que Jean-Sébastien Boies, l’instigateur du projet Amplisson, qui a accompagné, avec d’autres professionnels, ces enfants de l’école institutionnelle de l’Arc-en-Ciel et de l’Aventure depuis l’hiver 2010, a su créer un réel engouement à voir les yeux des plus jeunes briller en regardant leurs aînés sur la scène et que la relève est assurée pour l’année prochaine. Longue vie à Amplisson et comme le propose Mario Asselin «pourquoi n’aurait-on pas un genre de « Cégep en spectacle » au primaire pour les apprentis-musiciens qui ont déjà, à dix ou onze ans, la gestuelle typique des vedettes du pop-rock !»

Je laisse le mot de la fin à un grand poète qui avait lui aussi le sens du rythme, Monsieur Paul Verlaine qui écrivait dans son Art poétique «De la musique encore et toujours ! […] Et tout le reste est littérature

Musique, maestro!

 

Lié à: le plateau de Beauregard.

Tags: , , ,

Projet Amplisson

14 janvier 2012

Quand on parle d’éducation, il est rare que ce soit des réussites dont on parle et bien malheureusement les médias s’emploient plus souvent à critiquer les programmes, les bulletins, la Réforme qu’à mettre leur influence au service des bons coups qui peuvent se réaliser dans les milieux scolaires!

Aujourd’hui, j’ai décidé de prêter la vitrine de mon blogue à un projet dont m’a parlé une de mes amies et à solliciter la puissance des réseaux sociaux pour que l’année 2012 qui débute soit sous le signe des ces évènements heureux et signifiants qui donnent envie à nos enfants d’apprendre, de partager et de s’épanouir dans nos écoles québécoises.

Le projet se nomme Amplisson. À sa tête, il y a Jean-Sébastien Boies, un musicien professionnel qui a mis sur pied, avec son frère, le groupe Projet Orange dont vous avez peut-être déjà entendu parler. En effet, Projet Orange a reçu le mandat par la SAAQ de produire une chanson destinée à une campagne publicitaire de sensibilisation contre la vitesse au volant. C’est ainsi qu’est née la chanson « De Héros à Zéro » que je vous invite à écouter.

Amplisson est un projet de création et d’interprétation musicales qui a été mis sur pied à l’hiver 2010. L’organisation est chapeautée par monsieur Martin Savard, directeur de l’école institutionnelle de l’Aventure et de l’Arc-en-Ciel. Cette année, ce sont 50 enfants des deux écoles, répartis dans quatre groupes, qui participent aux ateliers musicaux. Les objectifs poursuivis par ces ateliers sont de former les jeunes à l’apprentissage de divers instruments de musique, de développer leur passion pour la musique et de leur apprendre la force du travail d’équipe. Ainsi, chacun de ces enfants assiste à une quarantaine de pratiques pendant lesquelles trois ou quatre chansons sont apprises. Ils enregistrent ensuite leurs chansons dans un studio professionnel et se produisent devant public. L’an dernier, les adultes impliqués dans l’entreprise ont pris conscience que, au-delà des objectifs avoués, ce projet avait eu des impacts insoupçonnés sur la motivation des jeunes et leur rendement académique. D’ailleurs, une équipe de TVA s’est intéressée de près au groupe et à leur première composition musicale intitulée You can try.

 


Le lancement d’album aura lieu le 26 janvier 2012. 300 personnes y seront conviées sur invitation. Afin de faire vivre l’expérience d’un vrai lancement d’album aux jeunes musiciens, des ressources ont été trouvées, mais il manque encore un service de traiteur et la présence de nombreux journalistes pour rendre compte de l’évènement.

Je crois sincèrement que ce projet mérite de recevoir l’appui de tous. Je vous invite donc à afficher ce billet sur vos murs Facebook, à le tweeter sur Twitter pour le publiciser aux médias  et à communiquer mes coordonnées (@nathcouz) à vos contacts dans la restauration qui pourront offrir gracieusement un service de traiteur pour aider à ce que ce lancement soit un succès. Merci 🙂

 

 

 

 

 

 

Lié à: le plateau de Beauregard.

Tags: , ,

Entre contes et merveilles : les mots de jeudi et vendredi

17 décembre 2011

Ainsi s’achève la première phase du projet #tweetconte. Voici tous vos mots préférés tirés des contes merveilleux recueillis sur Twitter qui seront présentés aux enfants de 3e année le 20 décembre et qu’ils auront à leur disposition  pour créer un conte collectif entre 13h et 15h.

Merci @anniecasuffit @edithjolicoeur @zecool @GilbertOlivier @jbernatchez @Classe_BriProf @Pilar_Mun @Manjolicoeur pour leur participation jeudi et vendredi et merci à tous et à toutes qui, à travers la francophonie et au-delà des frontières terrestres, ont généreusement contribué à la réussite de cette première étape du projet.

Voici la liste de tous les mots recueillis durant la semaine, classés par catégorie :

# Des personnages

  • un ogre
  • un crapaud
  • Schéhérazade
  • la marraine-fée (Cendrillon)
  • l’Empereur
  • une fée
  • une sorcière
  • un magicien
  • le maître-voleur (Frères Grimm)
  • le prince charmant
  • un ourson
  • un hérisson
  • le prince
  • un gnome
  • un chevalier
  • une licorne
  • un roi
  • un cheval
  • le Bonhomme sept-heures
  • un druide
  • un dragon
  • une grenouille

#Des objets

  • la robe couleur du temps (Peau d’Ane)
  • la chevillette (Le Petit Chaperon rouge)
  • le miroir
  • les cailloux
  • la potion
  • la baguette
  • le tapis volant
  • la pantoufle de « verre » ou de « vair »
  • les bottes de 7 lieues
  • les cheveux d’or
  • le pain d’épice
  • une clé
  • une aiguille
  • une citrouille
  • un pois
  • le nez (celui de Pinocchio)
  • un air
  • une épée
  • une lance
  • le bateau fantôme
  • une tresse

# Des lieux

  • la caverne
  • le bois dormant
  • la forêt enchantée
  • le château

# Des expressions

  • «Non,non, non par les poils de mon menton tu n’entreras pas.» (Le loup et les 3 petits cochons)
  • «Tire la chevillette et la bobinette cherra.» (Le Petit Chaperon rouge)
  • «Bibbidi-Bobbidi-Boo» (Cendrillon)
  • «Il était une fois»
  • «Abracadabra!»
  • «Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.»
  • «Je vais te manger.»

# Des actions

  • une épreuve
  • un sort
  • un charme
  • une formule
  • un voeu
  • un don
  • un bal
  • un maléfice
  • un sortilège
  • des pouvoirs magiques
  • la chasse-galerie
  • éplucher
  • ensorceler
  • pleurnicher
  • chevaucher
  • dévorer
  • délivrer
  • s’égarer
  • sauver
  • fondre en larmes.

# Des chiffres

  • 3 (Les Trois petits cochons)
  • 7  (des bottes de sept lieues du Chat botté)
  • 7  (Les sept petits biquets)
  • 1001 (Mille et une nuits)

# Une époque

  • minuit
  • toujours

# Des sentiments

  • amoureux

# Des attributs

  • vilain
  • bossu
  • peau de pêche

 

À Mardi 20 décembre

pour la suite du projet avec les enfants

🙂

Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , ,

Entre contes et merveilles : le mot de mercredi

14 décembre 2011

Troisième jour du défi #tweetconte et …. un seul mot pour compléter la liste déjà dodue des mots préférés tirés des contes merveilleux.

Merci à donc @edithjolicoeur pour sa fidèle contribution quotidienne.

Vous trouverez la liste des mots trois jours classés ci-dessous par catégorie :

# Des personnages

  • un ogre
  • un crapaud
  • Schéhérazade
  • la marraine-fée (Cendrillon)
  • l’Empereur
  • une fée
  • une sorcière
  • un magicien
  • le maître-voleur (Frères Grimm)
  • le prince charmant
  • un ourson
  • un hérisson
  • le prince
  • une licorne
  • un roi

#Des objets

  • la robe couleur du temps (Peau d’Ane)
  • la chevillette (Le Petit Chaperon rouge)
  • le miroir
  • les cailloux
  • la potion
  • la baguette
  • le tapis volant
  • la pantoufle de « verre » ou de « vair »
  • les bottes de 7 lieues
  • les cheveux d’or
  • le pain d’épice
  • une clé
  • une aiguille
  • une citrouille
  • un pois
  • le nez (celui de Pinocchio)
  • un air

#Des lieux

  • la caverne
  • le bois dormant
  • la forêt enchantée
  • le château

#Des expressions

  • «Non,non, non par les poils de mon menton tu n’entreras pas.» (Le loup et les 3 petits cochons)
  • «Tire la chevillette et la bobinette cherra.» (Le Petit Chaperon rouge)
  • «Bibbidi-Bobbidi-Boo» (Cendrillon)
  • «Il était une fois»
  • «Abracadabra!»
  • «Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.»
  • «Je vais te manger.»

# Des actions

  • une épreuve
  • un sort
  • un charme
  • une formule
  • un voeu
  • un don
  • un bal
  • un maléfice
  • un sortilège
  • des pouvoirs magiques
  • éplucher
  • ensorceler
  • pleurnicher
  • chevaucher
  • dévorer
  • délivrer
  • s’égarer

#Des chiffres

  • 3 (Les Trois petits cochons)
  • 7  (des bottes de sept lieues du Chat botté)
  • 7  (Les sept petits biquets)
  • 1001 (Mille et une nuits)

#Une époque

  • minuit

 

 

On lâche pas!

À demain pour la suite.

 

 

Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , , , ,

Entre contes et merveilles : les mots du mardi

13 décembre 2011

Deuxième jour du défi #tweetconte et dès mon réveil, je trouve quelques nouveaux mots à ajouter à la liste d’hier 🙂

Merci à @Multimot @celinerc @yolandevillemai @capitaleblogue @zecool @edithjolicoeur @sutthini @nathcouz pour leur contribution tout au long de la journée.

Vous trouverez en ajout aux mots de lundi les mots de mardi classés ci-dessous par catégorie :

# Des personnages

  • un ogre
  • un crapaud
  • Schéhérazade
  • la marraine-fée (Cendrillon)
  • l’Empereur
  • une fée
  • une sorcière
  • un magicien
  • le maître-voleur (Frères Grimm)
  • le prince charmant
  • un ourson
  • un hérisson
  • le prince
  • une licorne
  • un roi

#Des objets

  • la robe couleur du temps (Peau d’Ane)
  • la chevillette (Le Petit Chaperon rouge)
  • le miroir
  • les cailloux
  • la potion
  • la baguette
  • le tapis volant
  • la pantoufle de « verre » ou de « vair »
  • les bottes de 7 lieues
  • les cheveux d’or
  • le pain d’épice
  • une clé
  • une aiguille
  • une citrouille
  • un pois
  • le nez (celui de Pinocchio)
  • un air

#Des lieux

  • la caverne
  • le bois dormant
  • la forêt enchantée
  • le château

#Des expressions

  • «Non,non, non par les poils de mon menton tu n’entreras pas.» (Le loup et les 3 petits cochons)
  • «Tire la chevillette et la bobinette cherra.» (Le Petit Chaperon rouge)
  • «Bibbidi-Bobbidi-Boo» (Cendrillon)
  • «Il était une fois»
  • «Abracadabra!»
  • «Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants.»
  • «Je vais te manger.»

# Des actions

  • une épreuve
  • un sort
  • un charme
  • une formule
  • un voeu
  • un don
  • un bal
  • un maléfice
  • un sortilège
  • éplucher
  • ensorceler
  • pleurnicher
  • chevaucher
  • dévorer
  • délivrer
  • s’égarer

#Des chiffres

  • 3 (Les Trois petits cochons)
  • 7  (des bottes de sept lieues du Chat botté)
  • 7  (Les sept petits biquets)
  • 1001 (Mille et une nuits)

#Une époque

  • minuit

 

 

Ça va bien!

À demain pour la suite.

 

 

Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , ,

Entre contes et merveilles : les mots du lundi

12 décembre 2011

Aujourd’hui, 12 décembre 2011, c’est le début de l’aventure #tweetconte 🙂

Voici les mots qu’aujourd’hui 14 membres Twitter (@Aurise @Hugoline2 @PaquetFrancois @Multimot @EnfantsAmour @mapav8 @ph_dupuis @edithjolicoeur @carobegin @zecool @meme_aimee @tenirconte @celinerc @BrigitteProf @JoBanane) m’ont fait parvenir sous le mot-clic #tweetconte.

Je les remercie chaleureusement pour leur participation et je vous encourage à augmenter la banque de mots dans les jours prochains et ce, jusqu’à vendredi 16 décembre 2011 à 18 heures, en n’oubliant pas de mentionner la balise #tweetconte dans votre gazouillis.

Vous trouverez les mots classés ci-dessous par catégorie :

# Des personnages

  • un ogre
  • un crapaud
  • Schéhérazade
  • la marraine-fée (Cendrillon)
  • l’Empereur
  • une fée
  • une sorcière
  • un magicien
  • le maître-voleur (Frères Grimm)
  • le prince charmant

#Des objets

  • la robe couleur du temps (Peau d’Ane)
  • la chevillette (Le Petit Chaperon rouge)
  • le miroir
  • les cailloux
  • la potion
  • la baguette
  • le tapis volant
  • la pantoufle de « verre » ou de « vair »

#Des lieux

  • une caverne

#Des expressions

  • «Non,non, non par les poils de mon menton tu n’entreras pas.» (Le loup et les 3 petits cochons)
  • «Tire la chevillette et la bobinette cherra» (Le Petit Chaperon rouge)
  • «Bibbidi-Bobbidi-Boo» (Cendrillon)
  • «Il était une fois»
  • «Abracadabra!»
  • « Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants« 

# Des actions

  • une épreuve
  • un sort
  • un charme
  • une formule

#Des chiffres

  • 3 (Les Trois petits cochons)
  • 7  (des bottes de sept lieues du Chat botté)

C’est bien parti! À demain pour la suite.

 


Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , , , , , ,

Entre contes et merveilles

8 décembre 2011

Notre imaginaire est rempli de personnages, de lieux et d’objets issus des récits lus et entendus depuis notre enfance. Ils ont traversé les époques et nous réunissent hommes et femmes du monde entier, créant un espace universel où chacun rejoint une part de lui-même abritant rêves, dépaysement, fuite, possibilités d’aventures extraordinaires, peurs, espoirs, questions sur la vie etc. Ainsi les contes assurent une continuité à travers les siècles; ils sont le relais d’un imaginaire à l’autre, la tradition qui lie les générations.

Dans le même esprit qu’il y a quelques mois mon amie Monique Le Pailleur (alias @Aurise) lançait le défi du roman sans E sur Twitter, le 20 décembre 2011, entre 13h et 15h15, je vous invite à participer à une activité d’écriture collaborative via Twitter.

Ce jour-là, j’animerai dans une classe du primaire à Québec un atelier d’écriture avec des enfants de 3e année (suivre @nathcouz sur Twitter). J’ai eu l’idée de vous mettre à contribution en vous posant une question pour remuer votre imaginaire, dont les enfants se saisiront pour créer une oeuvre originale :

«De tous les mots des contes merveilleux,

lequel est votre préféré?»


Si vous acceptez de participer à ce projet d’écriture, vous me ferez connaître votre mot préféré sous le mot-clic #tweetconte durant la semaine du 12 au 16 décembre 2011.

Les enfants en prendront connaissance le 20 décembre et les inséreront à leurs tweets qui aboutira à la production d’un récit. Vous pourrez lire et commenter en direct, durant tout l’après-midi du 20 décembre, les gazouillis des enfants et je publierai sur Randonnée scripturale le récit au complet le soir-même.

Ce conte merveilleux s’emparera de vos souvenirs et en permettra la création de nouveaux. Ce sera, pour ma part, ma façon de faire vivre à ces jeunes auteurs une situation authentique de création littéraire, riche, signifiante, marquante qui leur permettra, je l’espère, de modifier leur rapport à l’écriture et à la littérature en les valorisant.

Pour moi, la littérature est vivante, elle n’est pas enfermée dans les bibliothèques ou les librairies. Elle doit exister dans la salle de classe. Mais pour cela, il faut accorder un peu d’espace à l’imaginaire des enfants, leur permettre de sortir des cadres préconçus trop souvent liés à l’évaluation, les amener dans une dynamique où ils voient se matérialiser l’acte d’écrire, qu’ils en perçoivent les difficultés aussi et qu’ils comprennent le sens des apprentissages qu’ils font à l’école pour non pas devenir des Marcel Proust en puissance, mais tout simplement des amoureux de la langue et des mots, et cela pour la vie.

Après on verra. Après ils choisiront. Mais la graine sera plantée, et peut-être… peut-être… verrons-nous un jardin coloré, un jour, où nous serons heureux de nous reposer l’âme et le coeur.


 

 

Lié à: la pointe de Tardevant.

Tags: , , , , ,

Partance

30 novembre 2011

«Le langage du monde s’écrit par chances et coïncidences. Dans la vie, tout est signe.»

Paulo Coelho, L’Alchimiste

 

À D.C

 

Pause.

Le temps s’arrête.

L’horizon n’a plus de frontières.

 

Une voix emplit l’espace saturé par les accents étrangers, les roulements des valises, les vrombissements des moteurs.

Par-dessus la foule bigarrée, une voix, chaleureuse et sensuelle, qui prononce des noms exotiques, qui drague l’imagination, qui invite à l’évasion.

«Les passagers à destination de Rio de Janeiro sont attendus porte 5.Je répète. Les passagers à destination de Rio de Janeiro. Porte 5. Dernier appel avant l’embarquement.»


Images portées par la voix : mille et une…

Soleil, plage, neige, toundra, vaporetto, bateau mouche, taxi jaune, gondole, Tour Eiffel, Grand Canyon, Sahara, Kilimandjaro, dolce vita, cabaret, souk, Danke schön, grazie, aligato, tapas, loukoums, vodka, bonheur, rires, repos, émerveillement, retrouvailles, dépaysement, fuite…

Ailleurs.

«Les passagers à destination de Copenhague sont attendus à la porte 21…»

 

Jamais autoritaire et pourtant toujours écoutée, la voix est maîtresse.

Elle enchaîne son leitmotiv ensorceleur.

« Les passagers à destination de Casablanca sont attendus… Les passagers à destination de Casablanca… Je répète… Dernier appel avant l’embarquement.»


À chaque fois, les hommes et les femmes se lèvent.

À chaque fois, ils marchent en direction des portes.

À chaque fois, ils obéissent.

À chaque fois.

Partance.mp3

 

 

Lié à: le plateau de Beauregard.

Tags: , ,

Page 3 of 6«12345»...Last »